L’oppidum

oppidumLe premier village d’Ibos était situé sur l’oppidum (qui par définition est un lieu fortifié établi sur une hauteur). Puis, à l’époque romaine, les gens sont descendus dans la plaine.
On parle de « castera » qui signifie lieu fortifié. Il y avait des fortifications avec des abrupts et des palissades. Un fossé circulaire entoure la motte castrale, éminence de terre artificielle car réalisée en prenant la terre des fossés.

Grâce à la découverte d’amphores, l’oppidum peut être daté du Ier ou IIème siècle. Il est très probable qu’il y ait eu une fabrique d’amphores dans la vallée de l’Adour, ce qui est très rare en dehors des grandes villes telles par exemple Bordeaux ou Toulouse.

Le site de l’oppidum a été utilisé à nouveau au Moyen – Age, ce qui est classique en période d’insécurité. Il est probable qu’il y ait eu, à cette époque, construction d’un château en bois.
Il existe peu de représentations ou de textes décrivant ces châteaux ; la tapisserie de Bayeux les représente en bois. Le château, situé sur l’endroit le plus haut, n’a pas uniquement une fonction militaire, il a aussi une fonction économique et une fonction symbolique qui traduit la domination.

Dans un village, on trouve plusieurs mottes, une par lieu d’habitat, et l’habitat était moins groupé qu’aujourd’hui. Celle de Castéra est très bien conservée. Notes prises, selon les commentaires faits par M.Vié et Mme Marcos dans le cadre d’une visite au profit de l’Université du Temps libre de Tarbes

A Ibos, la population n’était pas constituée de Gaulois mais de Celtes ibères.

(Notes prises lors d’une visite au profit de l’Université du Temps libre de Tarbes, selon les commentaires faits par M.Vié et Mme Marcos)